Il était une fois l’histoire de la mini-jupe

Rétrospective sur RUNWAY MAGAZINE : Il était une fois l’histoire de la mini-jupe. L’une des histoires les plus contestables de la mode est l’histoire de la mini-jupe.

Fantaisie, beauté, histoire et mythes, tout cela au nom de la mode. La mini-jupe s’est tellement popularisée pour toutes les femmes que l’on ne se pose pas la question aujourd’hui quand la jupe s’est raccourcie. Mais l’histoire et la querelle non seulement entre les créateurs, mais aussi entre les pays qui ont été les premiers à couper la longue jupe sont toujours à découvrir. La France, l’Angleterre et les États-Unis discutent sur ce sujet.

En général, l’invention de la mini-jupe est attribuée à Mary Quant en 1963 (ou selon d’autres sources en 1965), car elle s’est inspirée des nouvelles tendances de la rue. Cependant, tous les critiques et historiens de la mode ne partagent pas cette qualité d’auteur. En France, par exemple, le designer français André Courrèges a ouvert le dialogue en déclarant : «J’ai inventé la mini-jupe. Mary Quant vient de commercialiser l’idée ». Et Mary Quant a répondu en ces termes : « Ni Courrèges, ni moi avons inventé l’idée, c’est la rue qui l’a créé ! » Aujourd’hui, nous les prenons tous pour l’inventeur de la mini-jupe. Mais qui a coupé les jupes pour ces filles dans la rue ? Telle est la question.

Création inventive Lucien David LANGMAN AH 1959 1960 version pied-de-coq AH 1961. Raymond & Lucien D. LANGMAN dit JEAN RAYMOND font révolution et montre genoux et jambes des dames avec mini-jupe mini-robe et patte d’éph plus tard Mary Quant cliente de JEAN RAYMOND
Création inventive Lucien David LANGMAN AH 1959 1960 version pied-de-coq AH 1961. Raymond & Lucien D. LANGMAN dit JEAN RAYMOND font révolution et montre genoux et jambes des dames avec mini-jupe mini-robe et patte d’éph plus tard Mary Quant cliente de JEAN RAYMOND

D’autres auteurs, tels que la journaliste Marit Allen, signature de l’édition britannique de Vogue à l’époque, citent le styliste et créateur de costumes John Bates. Quoi qu’il en soit, Mary Quant a eu le mérite de lancer la mini-jupe et elle a demandé à une jeune coiffeuse de 17 ans, Leslie Hornby, nom de plume Twiggy de la porter. Les premières femmes qui ont eu le courage de porter «l’habit du scandale» ont été les icônes de Florinda Balkan, la chanteuse aux pieds nus Sandie Shaw et le modèle Veruschka.

En reprenant la citation de Mary Quant, nous nous posons la question, à qui ces filles de la rue ont-elles donné leurs jupes à couper ? A UN MAITRE TAILLEUR. Et voici comment cette histoire commence.…

Master Tailor JEAN RAYMOND by Runway Magazine

Il était une fois, dans le beau Paris, un maître tailleur, Jean Raymond. Deux frères, Raymond et Lucien David Langman, dirigeaient la maison de leur père à Paris dans les années 60. Lucien David Langman a aidé les filles à oser et à montrer leurs genoux. Et les parisiennes ont dit « Yéyé !! »

Tailor JEAN RAYMOND miniskirt drawing

En 1960, de jeunes célébrités telles que Brigitte Bardot abandonnaient la haute couture et leurs looks très structurés et guindés pour porter les jupes courtes. Et la Maison du Maître Tailleur Jean Raymond était juste l’endroit où elles pouvaient essayer de nouveaux habits révolutionnaires.

Miniskirt 60s Tailor JEAN RAYMOND

Enfin retour à Mary Quant. Elle achetait les mini-jupes de Jean Raymond, collection automne-hiver 1959-1960, à la boutique des Arts à Saint Tropez, endroit où les femmes se sentent libres et capables de porter des habits révolutionnaires, endroit de référence et de libération de la femme, surtout à l’époque. Ensuite, Mary Quant a introduit la mini-jupe à Londres.

Tailor JEAN RAYMOND by Runway Magazine

La mini-jupe s’est introduite à Londres plus rapidement qu’à Paris parce que la femme anglaise étant plus « libérée » que la femme française, ne s’interdisait pas de porter la mini-jupe dans la rue.

David Ray - Tuxedo and costume for women by Tailor JEAN RAYMOND
Tailor JEAN RAYMOND - Brothers Langman by Runway Magazine
Master Tailor JEAN RAYMOND – Brothers Langman
La Maison Maître Tailleur JEAN RAYMOND – Frere Langman

La Maison du Maître Tailleur Jean Raymond a également proposé aux jeunes Fashionistas des costumes et des smokings masculins sur mesure. C’était à l’époque où les jeunes femmes présentaient leur talent, leur expertise, leur brillance au « monde des hommes ». Les danseuses de ballet et les actrices célèbres ont été les premières à avoir « oser-à-porter », puis toutes les femmes faisant preuve d’audace ont suivi. Paris a remodelé le monde et une fois de plus, des filles du monde entier ont dit «Yéyé !! »