Sonia Rykiel died again, liquidation and bankruptcy of fashion house

Sonia Rykiel died again, liquidation and bankruptcy of fashion house

Queen of Knits, Hearts and Stripes, Great Sonia Rykiel left us August 25, 2016. 3 years later July 25, 2019 Commercial Court of Paris has pronounced the liquidation for lack of buyers. Sonia Rykiel House filed for bankruptcy protection in France in April 2019 and liquidation in the US.

Despite more than 200 million euros invested since its acquisition to revive Sonia Rykiel Fashion House, poorly managed company after death of Sonia Rykiel was not able to survive. Seven Sonia Rykiel stores in France and Monaco were closed yesterday evening, and the 135 employees were dismissed. The stores, as well as its intellectual property and archives, will be sold.

Sonia Rykiel - liberation of women
Sonia Rykiel – liberation of women

Even Jean-Marc Loubier, CEO of the First Heritage Brands (LVMH), who owned this fashion house since 2012, with his great business skills and experience was not able to save this fashion house. The daughter of the founder, Nathalie Rykiel, vice-president of the board of directors of Sonia Rykiel (until 2016) was still very much present at the house, and all decisions concerning collections, lines and creative direction still belonged to her until today.

Sonia Rykiel archives
Sonia Rykiel archives
Sonia Rykiel archives
Sonia Rykiel archives

In May 2014 she appointed new artistic director of the house Julie de Libran, who definitely was not able for great style, or even for compilation from archives of Sonia Rykiel. “Bo-bo” designer Julie de Libran (promoter of Parisian, so called “bohemian” style) produced series of “ugly-buckley” looks since 2016, as she was no longer guided by Sonia Rykiel.

Sonia Rykiel creative work 2007, "Bo-bo" compilation 2019
Sonia Rykiel creative work 2007, “Bo-bo” compilation 2019

Loyal buyers and admirers of Sonia Rykiel left the house with regret, and house didn’t find new customers who would be interested in dull, featureless and unimaginative looks, available in billions on mass-market for high prices.

Sonia Rykiel Spring Summer 2020 Pre Collection
Sonia Rykiel Spring Summer 2020 Pre Collection

When Sonia Rykiel House filed for bankruptcy in April 2019 Julie de Libran “stepped away” (read “run like a rat”) from fashion house and decided to launch her own brand. June 30, 2019, a month ago Julie de Libran during Haute Couture fashion week in Paris, opened doors of her own house to present her brand and her first collection.

Julie de Libran Haute Couture Fall Winter 2019-2020
Julie de Libran “Bo-bo” Haute Couture (as she imagines) Fall Winter 2019-2020

Not to be moral at this very sad moment, when Sonia Rykiel died for the second time, but to point at several very valuable lessons :

  • What was build by genius or very creative person during many years can be easily destroyed by couple of careless, self-involved, lacking values “Bo-bos” in 3 years;
  • Production of uninventive and sterile collections, following so called “trends and styles of market” (reference to false understanding of trend, and to production within a frame “be like everybody, to fit”), copy or reproduction of creative work of great designers, leads to bankruptcy and quick and painful death and debt;
  • “Bo-bo” croaks and monkey-slippers are not a manifest of creativity, and not a solution to continue great luxury fashion house (reference to SONIA RYKIEL and CHRISTIAN DIOR, another house under LVMH care, which is about to die for the same reason);
  • LVMH “management solution” is not a solution to continue to live, but a solution to disgraceful death, when all real estate, intellectual properties and archives are damped on the market for sale after vulgar use, and damage beyond repair.
Louis Vuitton. This is not a rocket, this is a grave stone heavily falling on a head of great fashion house (reference to Sonia Rykiel and Christian Dior). T-shirt design from Spring Summer 2019 Ready-to-Wear collection. Right on time.
Louis Vuitton. This is not a rocket, this is a grave stone heavily falling on a head of great fashion house
(reference to Sonia Rykiel and Christian Dior). It is not UP, it is DOWN.
T-shirt design from Spring Summer 2019 Ready-to-Wear collection. Right on time.
That should look more like that. Louis Vuitton - Sonia Rykiel grave stone - t-shirt Spring Summer 2019
That should look more like that. Louis Vuitton – Sonia Rykiel grave stone – t-shirt Spring Summer 2019

And on very emotional note: Agnès Andrée Marguerite Troublé, founder and designer of the Parisian brand Agnès b. addressed all media today about Sonia Rykiel liquidation of fashion house: “It’s sad, she worked a lot all her life… It’s the end of an era. Dior and Saint Laurent are “bling-bling” now, they no longer have Parisian elegance… The iconic pieces of the brand : blended tight sweaters, bold freedom, and colorful stripes – an identity, which was “diluted” after the departure of Sonia Rykiel… The new owners have not kept the codes and the bases of the house, like the mesh and the stripes, they diluted what made the identity of the brand and embarked on a race for pseudo-luxury while we made ready-to-wear “.

Sonia Rykiel est décédée, liquidation et faillite d’une maison de couture (version française)

Reine des tricots, des cœurs et des rayures, la GRANDE Sonia Rykiel nous a quitté le 25 août 2016. 3 ans plus tard, le 25 juillet 2019, le tribunal de commerce de Paris a prononcé la liquidation judiciaire faute de repreneurs. La Maison Sonia Rykiel avait demandé son placement en redressement judiciaire en France en avril 2019 et a été liquidée, ainsi qu’aux États-Unis.

Malgré plus de 200 millions d’euros investis depuis son acquisition pour relancer la Maison Sonia Rykiel, une entreprise mal gérée après la mort de Sonia Rykiel n’a pas pu survivre. Sept magasins Sonia Rykiel en France et à Monaco ont été fermés hier soir et les 135 employés ont été licenciés. Les boutiques, ainsi que sa propriété intellectuelle et ses archives, seront vendues.

Même Jean-Marc Loubier, PDG de First Heritage Brands (LVMH), propriétaire de cette maison de mode depuis 2012, avec ses grandes compétences en affaires et son expérience, n’a pas pu sauver la Maison Sonia Rykiel.

La fille de la fondatrice, Nathalie Rykiel, vice-présidente du conseil d’administration de la Maison Sonia Rykiel (jusqu’en 2016), était toujours très présente à la Maison et toutes les décisions concernant les collections, les lignes et la direction créative lui appartenaient jusqu’à aujourd’hui.

En mai 2014, elle a nommé la nouvelle directrice artistique de la maison, Julie de Libran, qui ne pouvait certainement pas avoir un style superbe, ni même une compilation à partir des archives de Sonia Rykiel. A partir de 2016, La créatrice de «Bo-bo» Julie de Libran (promotrice du style parisien, dit «bohème») a produit une série de looks «ugly-buckley». Elle n’était plus guidée par Sonia Rykiel.

Les acheteurs fidèles et les admirateurs de Sonia Rykiel ont quitté la Maison avec regret.

Cette merveilleuse Maison n’a pas trouvé de nouveaux clients qui seraient intéressés par une apparence terne, sans traits et sans imagination, disponible en milliards sur le marché de masse et de plus, à des prix élevés.

Lorsque la Maison Sonia Rykiel a déclaré faillite en avril 2019, Julie de Libran s’est “écartée” (lire ” run like a rat “) de la Maison de Couture et a décidé de lancer sa propre marque.

Lors de la fashion week haute couture à Paris, Le 30 juin 2019 (il y a un mois) Julie de Libran, a ouvert les portes de sa maison pour présenter sa marque et sa première collection.

Sonia Rykiel est décédée pour la deuxième fois.

Nous ne sommes pas là pour faire la morale en ce moment très triste mais pour faire ressortir plusieurs leçons très utiles :

• Ce qui a été construit par un génie ou par une personne très créative pendant de nombreuses années peut facilement être détruit par de l’insouciance, un manque d’engagement et des valeurs «Bo-bos» en 3 ans ;

• Production de collections stériles et non inventives, sur la base de « tendances et styles de marché » (référence à une incompréhension de la tendance et à une production dans un cadre : « sois comme tout le monde »). La copie ou reproduction du travail créatif de grands designers, conduit à la faillite et la mort de la maison ainsi qu’un endettement rapide et humainement douloureux.

• Les mules et pantoufles “Bo-bo” ne sont pas un signe de créativité, ni une solution pour continuer une grande maison de luxe (référence à SONIA RYKIEL et CHRISTIAN DIOR, une autre maison sous la gestion de LVMH, qui est sur le point de mourir pour la même raison) ;

• Le « management et les solutions » de LVMH ne sont pas une solution pour continuer à vivre, mais une solution de mort scandaleuse.

Lorsque tous les biens immobiliers, les propriétés intellectuelles et les archives sont amortis sur le marché pour la vente après une utilisation vulgaire et des dommages irréparables.

Et notre conclusion sur une note très émotionnelle : Agnès Andrée Marguerite Troublé, fondatrice et designer de la marque parisienne Agnès b.

A propos de la liquidation de la Maison de Couture Sonia Rykiel, elle s’est adressée à tous les médias aujourd’hui : « C’est triste, elle a beaucoup travaillé toute sa vie… c’est la fin d’une époque. Dior et Saint Laurent “bling-bling” d’aujourd’hui n’ont plus l’élégance parisienne…»  

« Les pièces emblématiques de la marque: pulls serrés, liberté audacieuse et rayures colorées – une identité qui s’est “diluée” après le départ de Sonia Rykiel… Les nouveaux propriétaires n’ont pas gardé les codes et les bases de la maison, comme le « mesh »  et les rayures, ils ont dilué ce qui faisait l’identité de la marque et se sont lancés dans une course au pseudo-luxe alors que nous faisions du prêt-à-porter ».